<%@LANGUAGE="JAVASCRIPT" CODEPAGE="65001"%> Psihanaliza de familie - Biblioteca





Home | Biblioteca | Articole | Interviuri | Evenimente | Formare | Contact

 


 
Clinique de l'incest
Prezentare de carte

“Clinique de l'inceste fraternel”

franceză
română
Janine Puget
Prezentare de carte

Janine Puget

spaniolă
română
Rosa Jaitin
Prezentare de carte

Rosa Jaitin

franceză
română

Napoli
Prezentare de carte

Massimilano Sommantico

franceză
română
Cristina Calarasanu
Prezentare de carte

Christiane Joubert

franceză
română
Serge Tisseron
Prezentare de carte

Serge Tisseron

franceză
română

Clinique de l'incest
Prezentare de carte

Rene Kaes prezinta cartea Rosei Jaitin:
“Clinique de l'inceste fraternel”

Lucrarea pe care ea ne-o prezinta se inscrie intr-un parcurs deja lung de cercetare si de practica clinica cu grupurile de copii. Atunci cand am facut cunostinta cu Rosa Jaitin in Argentina in 1985 ea publicase un anumit numar de lucrari despre joc, lectura si invatare, despre cresa si despre grupurile de copii....află mai multe
Rene Kaes prezinta cartea Rosei Jaitin: Iata o lucrare care deschide un camp de cercetare niciodata pe deplin explorat. Ea se inscrie intre publicatiile acestor ultimi ani despre legatura fraterna si exploreaza un aspect tragic al acestei legaturi, cel al incestului. Cu siguranta, miturile si literatura universala nu omit sa ne arate diferite destine, dar literatura psihanalitica a subapreciat mult timp atat in clinica cat si in teorie, una ascunzand-o pe cealalta, specificitatea complexului fratern si mizele psihice ale legaturilor care se intemeiaza acolo. In lipsa unei clinici a complexului si a incestului fratern, nu exista o veriga esentiala pentru a construei o teorie psihanalitica a legaturii care se innoada intre frati si surori. Acestei saricini i s-a dedicat Rosa Jaitin in cursul ultimilor ani. Rezultatul este dintre cele mai stimulante. Lucrarea pe care ea ne-o prezinta se inscrie intr-un parcurs deja lung de cercetare si de practica clinica cu grupurile de copii. Atunci cand am facut cunostinta cu Rosa Jaitin in Argentina in 1985 ea publicase un anumit numar de lucrari despre joc, lectura si invatare, despre cresa si despre grupurile de copii. Era profesoara de psihologie a educatiei la Facultatea de Psihologie a Universitatii din Buenos Aires unde lucra in grup asupra problemelor de invatare. Totusi, interesul sau principal se indrepta din ce in ce mai ferm catre clinica psihanalitica grupala si familiala in care se formase mai ales cu E. P. Riviere, J. Puget, M. Bernard si F. Ulloa. Dar investirea sa era inca si mai larga: fara sa cedeze nimic din necesitatea de a tine seama de realitatea psihica, ea a completat-o hranindu-se din ceea ce a fost angajamentul politic al celor care au rezistat dictaturii impuse in Argentina din 1976 pana in 1983. Un angajament platit adesea cu excluderea din universitate, cu exilul sau cu moartea. Asemenea experiente influenteaza ascultarea realitatii psihice atunci cand ea este atat de brutal afectata de politica. Urma ei se intrezareste in cel putin doua teme care traverseaza reflectia sa in aceasta lucrare: atentia indreptata asupra proceselor de transmitere, slabiciunilor lor, resurselor; introducerea unei noi axe de cercetare cu notiunea unui organizator politic al legaturii fraterne. Este aici o intrebare asupra careia cititorii francezi vor fi in special sensibili. Rosa Jaitin expune aici o contributie originala asupra unei chestiuni profund ancorate in politic, in imaginarul sau ca si in viziunea sa (“Liberate, Egalitate, Fraternitate”), asa cum a aratat-o istoricul Marcel David si psihanalistul Jacques Andre in analizele lor asupra temei fraternitatii in miscarile sociale nascute de Revolutia franceza. In 1991 Rosa Jaintin paraseste Buenos Aires pentru a veni sa se instaleze in Franta: ea isi continua activitatea sa de psihoterapeut, dezvolta lucrul psihanalitic de grup si de familie si intreprinde sub directia mea o teza de doctorat in psihologie pe care o sustine la universitatea din Lyon in 1995 asupra “Reprezentarii spatio-temporale a spatiului epistemic la studentii argentinieni si francezi”. Ea face aici dovada unei exceptionale capacitati de lucru, a unei analize a caracteristicilor obiectului sau de studiu, intotdeauna mai aproape de clinica, adesea in tensiune cu referintele teoretice asupra carora a recurs. Aceasta tensiune este probabil miscata de nesatisfacuta sa curiozitate care plaseaza in inima tuturor demersurilor sale o problematica infinita, cea a dorintei de a sti, in care ea situeaza inscrierea si resortul ca sa nu zicem sustinerea in corpul si in spatiul grupului. Cititorul va regasi dovada in mai multe locuri. De-a lungul anilor, R. Jaitin ocupa locul care revine competentei sale, in Franta si in strainatate in asociatiile de psihoterapie psihanalitica de grup si de psihoterapie familiala psihanalitica. Ea preda la Universitate asigurand la randul sau in aceste institutii transmiterea mostenirii argentiniene si a afilierilor sale franceze. Originalitatea operei pe care ea ne-o prezinta tine fara indoiala pe de o parte de aceasta dubla referinta, de metisajul sau. Dar experienta sa bogata si gustul sau pentru cercetare au condus-o sa aduca transformari considerabile in practica sa si in cadrele sale de referinta teoretice si sa dea gandirii sale o puternica originalitate. Sursa principala a muncii sale este clinica psihoterapiei familiale psihanalitice. Chiar atunci cand anumite observatii dintre cele mai clarificatoare au fost efectuate in institutiile pentru copii, ascultarea sa a fantasmelor si a traumatismelor consecutive actiunilor incestuoase in fratrii este profund impregnata de experienta psihoterapiei familiale psihanalitice. Atentia sa asupra diverselor componente psihice care conduc la trecerea la actul incestuos o dovedeste: nediferentierea intre generatii, slabiciunile anvelopei familiale si nerecunoasterea fratelui ca un altul sunt indicii constante specifice diferitelor configuratii ale incestului fratern. Din practica psihoterapiei familiale condusa de mai multi terapeuti, Rosa Jaitin isi extrage metodologia nascuta din conduita psihanalitica a grupurilor: in fata anumitor familii si dupa consistenta alegerii mutuale a terapeutilor, fantasmele incestuoase sunt reactivate intre ei, si aceasta reactivare intertransferentiala deschide o cale specifica cunoasterii rezistentelor si transferurilor. Printre intrebarile pe care le pune R. Jaitin mai multe dintre ele sunt aproape de cele cu care am incercat sa lucrez. Aceasta proximitate ma face atent la ceea ce ne-a devenit comun si la ceea ce ea aduce pe cont propriu. Iata doua exemple. Adesea mi-am indreptat atentia asupra utilitatii de a distinge intre doua niveluri de analiza: acela al complexului fratern si acela al legaturii fraterne. Complexul fratern desemneaza o organizare fundamentala a dorintelor amoroase, narcisice si obiectale, de ura si de agresivitate vizavi de acest “altul” in care un subiect se recunoaste ca frate sau ca sora. Aceasta definitie larga duce la aparitia faptului ca complexul fratern nu corespunde necesar existentei reale a legaturilor fraterne asa cum au aratat-o analizele subiectilor care au fost copii unici si in special frumoasele studii ale lui Benson si Pryor asupra prietenului imaginar, si ale lui Sutherland si Bion asupra geamanului imaginar, parti ale eului detasate de clivaj si reinventate de subiect. Daca complexul se fondeaza, pentru o parte, in legaturile interpersonale si intergenerationale constituite in istoria infantila, el nu se confunda cu aceste legaturi. Aceasta semnifica faptul ca complexul fratern are o existenta si o consistenta independenta in legaturile fraterne. Complexul fratern inscrie in psyche structura relatiilor intersubiective organizate de reprezentarea inconstienta a amplasarilor corelative pe care le ocupa subiectul, “fratele” si “sora”. Aceasta reprezentare inconstienta este fantasma unei actiuni psihice in care “fratele” si “sora” sunt actorii. Corelativul acestei propuneri este ca daca aceasta reprezentare se organizeaza in raport cu obiectul dorintei mamei si/sau tatalui, ea poseda cu toate astea consistenta sa proprie. Unul din aporturile R. Jaitin nu este doar de a arata ca fantasma incestuoasa este o componenta a complexului fratern, ci si de a aminti ca toate fiintele umane sunt muncite de fantasme de incest fratern: este o fantasma universala, chiar daca realitatea legaturii fraterne nu este indeplinita, pentru ca dublul bisexual intern este obiectul unei dorinte. Conteaza totusi sa distingem intre incest fantasmat si incest infaptuit: “Incestul infaptuit distruge legatura si va fi o ucidere a fratelui ca altul”. Legatura fraterna desemneaza un alt nivel de analiza: ea pune in joc raporturile intre diferite complexe ale fratilor si surorilor atunci cand ei sunt in relatie. In cercetarile mele, m-am preocupat mai ales de a intelege cum complexul fratern este unul din organizatorii psihici inconstienti ai legaturii fraterne. Ca toate legaturile, aceasta integreaza de asemenea, relatiile intre fantasme, imago-urile, relatiile de obiect, identificarile, mecanismele de aparare, ale subiectilor care innoada intre ei o legatura. Ca toate legaturile, legatura fraterna implica fundamental diverse modalitati de aliante, constiente si inconstiente, care fac sa tina impreuna spatiul realitatii psihice a legaturii. Complexul fratern si legatura fraterna formeaza astfel doua niveluri ale analizei categoriei fraternalului, si aceste doua niveluri se articuleaza. Era intr-adevar util de a da o extindere suficient de larga notiunii de legatura fraterna: R. Jaitin o aplica membrilor unui grup din mai multe generatii consagvini sau nu: este evident sa se tina seama de evolutia structurii familiale cand aceasta este asa-zis recompusa. Aceasta apartenenta de fapt la un grup din aceeasi generatie nu este suficienta pentru a califica legatura ca fraterna, doar prin derivatie metaforica, nici a specifica incestul fratern. Asta pentru ca ea considera ca legatura fraterna si grupul format din frati si surori are consistenta lui in modul de a se inscrie in romanul familial si in filiatia intergenerationala, adica intr-un intreg imaginar, real sau simbolic. O problema intra in dezbatere: incestul are el aceeasi consistenta psihica asa cum pare s-o gandeasca autoarea, daca este inteles direct intre frate si sora sau daca se realizeaza “indirect, cu semeni care iau simbolic aceasta functie?” Din punctul meu de vedere eu cred ca este convenabil de a mentine o distinctie intre ceea ce, intre semeni, releva realizarea unei fantasmatici incestuale (este cazul in anumite cupluri), si ceea ce intre frate si sora (in sens generic) consta in realizarea transgresiva a incestului. Categoria care face diferenta este cea a interdictiei incestului, bariera ridicata impotriva aneantizarii altuia si impotriva distrugerii schimburilor sociale. Este vorba de tema profunda din Totem si Tabu. O a doua reflectie mi-a fost inspirata de notiunea de aparat psihic fratern. Modelul aparatului psihic grupal a cunoscut deja mai multe versiuni: A. Ruffiott a inaugurat seria pentru a descrie consistenta pshica a grupului familial. Alti cercetatori au utilizat acest model pentru a descrie un aparat psihic de cuplu, de echipa sau de institutie. Rosa Jaitin propune o noua extensie numind aparatul psihic fratern dispozitivul organizator al realitatii psihice a grupului fratern sau a legaturii fraterne. Modelul aparatului psihic grupal pare a fi dobandit ceva pertinenta, daca pus in experienta diverselor configuratii de legatura el descrie cum se articuleaza formatiunile si procesele spatiului intern, in special al grupurilor interne, cu procesele si formatiunile proprii grupului si legaturilor de grup. Am construit acest model pentru a face inteles travaliul psihic specific furnizat intr-un spatiu si timp diferite de spatiul – timp intrapsihic. Acest travaliu de legare si de transformare a materiei psihice este de asemenea un travaliu de consolidare a anumitor mecanisme individuale, de aparare prin refulare, negare sau stergere, si este de asemenea un travaliu de creare de noi entitati comune, impartasite. Problema este de a caracteriza cum lucreaza acest aparat in configuratiile de legaturi organizate pritr-un ordin al realitatii specifice: familia nu este o echipa, si fratria este un sub-ansamblu al familiei. Conteaza deci a califica, si este unul din aporturile R. Jaitin cum structurile de relatie fondate pe ritmurile si modalitatile de intalniri intre frati si surori confera fiecarei fratrii un stil si o identitate proprie. Notiunea sa a unei morfogeneze a legaturii fraterne apare aici dintr-un mare interes teoretic pentru ca ea se inscrie cu rigurozitate in analiza structurii si procesului legaturilor familiale. Rosa Jaitin aduce cateva contributii notabile la intelegerea psihanalitica a tempourilor, a temporalitatii si timpilor familiali. Vom fi atenti la notiunea de proto-ritm: ea descrie “forme de figurare arhaice, repetitive si monotone ale legaturii familiale” care se repeta in procesul psihoterapiei familiale. Iata, printre altele, un exemplu al acestei articulari intre clinica si teorie care sustine demersul autoarei. Cartea sa aduce psihoterapeutilor rezultatul unei cercetari inovatoare si inventive. Fie ca lucram cu un subiect singular sau cu un ansamblu de subiecti innodati in legaturile lor de suferinta, toti sunt uniti prin chestiunea centrala a incestului fratern care, dincoace si dincolo de dimensiunile sale psihologice, se impune ca figura aberanta de dorinta si marturie a modalitatii sale de nefericire in civilizatia noastra.
Les deuils infantiles
Prezentare de carte


« Les deuils infantiles »

Eric Auriacombe, L’Harmattan (2009)

pentru varianta în limba română: click aici

Eric Auriacombe, dans son livre « Les deuils infantiles », paru récemment chez L’Harmattan, s’appuie sur le plan méthodologique et épistémologique sur la mise en évidence d’une véritable « clinique de la théorie freudienne ». Il montre comment Freud ayant lui- même subit un deuil précoce reproduit dans son processus de théorisation les mécanismes à l’œuvre dans l’appareil psychique des sujets endeuillés. Si le deuil de son père a contribué à la découverte du fonctionnement des rêves, le non-deuil ou deuil précoce de son petit frère Julius est resté énigmatique, présentifiant l’énigme du rapport à l’autre, non seulement dans le rapport de Freud à une mère déprimée, mais aussi en lien avec le message énigmatique provenant du mort. Eric Auriacombe associe l’étude du deuil à celle de la douleur et de l’effroi. Il met en évidence l’abandon par Freud de ces propres théorisations concernant l’ « expérience de douleur », et l’ « expérience d’effroi d’origine externe », ombre théorique d’un mécanisme de défense les concernant, l’évitement (ou détournement) du souvenir de la douleur et de l’effroi, en remarquant que l’évitement théorique reproduit le mouvement psychique consécutif à l’expérience d’effroi et spécialement en cause dans la problématique de deuils précoces. Il considère que cette expérience vécue très précocement, entraîne chez le sujet des « lacunes » psychiques, liées aux mécanismes défensifs mis en place pour éviter son impact traumatique, en rapport avec l’impossibilité de traduction psychique qu’elle comporte : Effroi, évitement et détournement du souvenir, enkystement de ce même souvenir (et non refoulement, qui comporterait une promesse de réouverture). La deuxième partie du travail se distribue selon une méthodologie d’écriture qui fait démonstration. Eric Auriacombe reprend l’étude approfondie d’un certain nombre de concepts psychanalytiques qui accompagnent la réflexion autour du deuil, et dessine de cette manière les bords d’une lacune conceptuelle concernant les modalités très primitives du fonctionnement psychique devant la douleur, la perte et le deuil. Sont discutés les théories de Mélanie Klein, Anna Freud et Hélène Deutsch sur la réactivation de la position dépressive lors de la perte d’un être cher et sur le fait que l’enfant vivant un deuil n’a pas toujours atteint le stade de constance de l’objet, ce qui en fait un deuil compliqué car intervenant en période de structuration. A partir de là, la recherche propose des pistes théorico-cliniques sur l’énigmaticité résultant d’une perte trop précoce (le message reçu de l’autre par l’enfant en détresse ne s’inscrivant pas en trace mémorielle structurante). Ainsi, le travail débouche sur une psychopathologie clinique du « détournement du souvenir » : effroi (douleur psychique, douleur physique, présence et absence, principe de déplaisir), ambivalence, indifférence, déni, scotome, rejet/forclusion, clivage du moi, hallucination seront ainsi retravaillés. Eric Auriacombe propose alors d’intégrer l’ensemble de ces expériences originaires dans le cadre du « complexe de l’être proche » (Nebenmensch) comme forme primaire de la relation d’altérité originaire en reprenant à cet égard la question de l’ambivalence, de l’indifférence et la problématique du neutre (« neuter », ni l’un, ni l’autre). Le deuil précoce est ainsi un travail de détournement du souvenir et non comme dans les autres formes de deuil, un travail de remémoration en détail. La perte précoce devient ainsi un « trauma » en négatif, sans mémoire. Comme le dit Piéra Aulagnier : « Là où il y avait une chose, apparaît un trou noir. » Mais, cet évitement du souvenir est aussi évitement radical de l’altérité, marquée comme le dit Blanchot de l’exigence prédialectique du Même à l’Autre, du neutre, dans un relation « des-inter-essée ». C’est à travers des effets de retour ou plutôt de hantise que la question de l’absence peut alors être abordée, car à partir de ce vide attractif issu par le « trou de mémoire » provoqué par l’évitement, se manifeste finalement la hantise de l’être humain proche. Et Eric Auriacombe de conclure, que dans la problématique des deuils précoces, « se réactualisent alors, la « proximité à l’autre » dans son caractère démoniaque, l’ « Exposition à l’autre », dans la passivité, dans l’effraction de son message, et la négativation des éléments représentatifs s’y rapportant, dans leur énigmaticité originaire et fondamentale. Jean Paul C.
Elisabeth Darchis
Prezentare de carte

Elisabeth Darchis - psihanalist de cuplu si de familie, prezinta:
“Amour, haine et tyrannie dans la famille”

Gérard Decherf, Anne Marie Blanchard, Elisabeth Darchis, chez In Press (2006)

pentru varianta în limba română: click aici

Notre livre a pour projet d’approcher les phénomènes de violence et de haine dans les liens tyranniques familiaux tant dans leurs effets que dans leurs causes. L’ouvrage regroupe des interventions et des articles de TFP et il s’adresse aux professionnels impliqués dans le soin psychique des familles, mais aussi à tous les acteurs sociaux qui veulent comprendre les mécanismes de la tyrannie dans la famille, le groupe, les institutions soignantes ou le sociétal. Dans une première partie nous verrons quelques bases théoriques relatives à la violence et à la haine dans les liens familiaux. Nous étudierons avec Gérard Decherf et Elisabeth Darchis un rappel des causes et des effets de la violence dans la famille et nous décrirons les menaces d’effraction et d’implosion psychiques provoquées par les violences internes ou externes conduisant l’enfant à s’organiser défensivement dans des comportements d’alliance et de soumission ou de refus et d’attaque. Ensuite, Anne Marie Blanchard montrera que la tyrannie psychique ne vient pas seulement du fait de l’immaturité de l’enfant. Ce dernier est livré à des pulsions anarchiques et tyranniques qu’il lui faudra organiser au fur et à mesure de la maturation de son appareil psychique et il sera de plus en butte aux traumatismes insuffisamment élaborés transmis par ses ascendants. Avec Alberto Eiguer, nous distinguerons les phénomènes d’emprise des liens violemment passionnés. Cet auteur explore les différents visages de la haine : passion, volupté, emprise, et il illustre ces phénomènes avec notamment une grande figure de l’histoire : la Grande tsarine Catherine II Dans la deuxième partie, nous approcherons les mécanismes qui accompagnent les fonctionnements haineux et tyranniques dans l’article de Serge Tisseron comme la honte ou la culpabilité qui peuvent provoquer des confusions. L’auteur va nous montrer comment dans le drame d’Outreau, cette confusion méconnue chez les enfants entraînent celles des adultes. Pierre Benghozi abordera l’importance en thérapie et dans le champ social, du travail psychique de ritualisation du pardon comme l’expression d’un processus de réparation à la honte et à l’attaque haineuse contre le lien à l’humain. Pour cela, il appuiera son dire sur « Le complexe d’Antigone » qui illustre l’attaque contre les rituels et la violence humiliante symbolicide. Nous entreverrons troisièmement, quelques autres illustrations littéraires des liens haineux et tyranniques, notamment dans la famille d’André Gide, avec Anne-Marie Blanchard qui analyse l’exclamation « Familles, je vous hais ! » dans son contexte littéraire et par rapport au vécu personnel de Gide dans sa famille. Elle fait l’hypothèse d’un désaccordage entre les besoins de Gide enfant et les exigences de son milieu familial, de sa mère notamment. La phrase célèbre prend ainsi une autre dimension et ouvre sur de nouvelles perspectives : la naissance de l’objet, le sentiment d’existence, le recours à la création. Dans les contes de fées nous pourrons suivre avec Elisabeth Darchis, le processus qui organise les liens tyranniques familiaux notamment en rapport avec les défaillances des contenances familiales et nous verrons comment le processus d’évolution personnel à l’aide de l’entourage peut se déprendre de ces liens tyranniques aliénants tant dans les contes de fées que dans le déroulement de la thérapie familiale psychanalytique. Puis les aspects cliniques seront abordés en quatrième partie, en particuliers l’attente des parents qui utilisent l’enfant pour une reconstruction narcissique parentale au détriment de leur enfant. Haydée Pooper nous montrera dans deux exemples familiaux comment ce lien abusif, trop fusionnel, voir incestueux au service des besoins du parent, entraîne parfois un renversement de la tyrannie dans les liens. Cette description sera enrichie par d’autres exemples cliniques familiaux qui fonctionnent sous le régime de la haine agie sans recul, notamment avec Didier Pilorge et Brigitte Brégégère qui relateront la thérapie familiale psychanalytique d’une famille qui n’existe que dans l’excitation, l’agir et la confusion : haine de soi, haine de l’autre, haine du fonctionnement psychique. La dépendance à la famille peut s’exprimer aussi dans des liens addictifs comme le montre Pierre-Marie Treillet et Anne-Violette Vachot. La thérapie familiale psychanalytique qu’ils présenteront viendra témoigner du vécu psychique d’une famille au prise avec un héritage de haine issu des évènements traumatiques familiaux des générations précédentes. Dans ce travail nous verrons comment s’amorcent les processus de séparation, d’individuation et de différentiation. Les soins apportés aux familles dans les institutions montreront dans la cinquième partie, la complexité du cadre et des dispositifs, que ce soit dans les services sociaux aux prises avec les effets de la haine familiale transgénérationnelle avec l’article de Danièle Quemenaire ou dans un service de pédiatrie d’un hôpital général avec la réflexion de Ruben Jablonsky et Florence Garnier. La thérapie familiale psychanalytique qu’ils présenteront montre que sous le symptôme anorexique d’un membre de la famille se cache différents affects, notamment la haine non élaborée issue du transgénérationnel. Nous verrons dans ces différentes prises en charge que la contenance du cadre thérapeutique accompagne l’élaboration de vécus anciens et dénoue les liens tyranniques tout en différenciant les membres de la famille. Avec Christine Fadhlaoui et Claire Lapierre, nous parlerons également d’un dispositif de thérapie familiale en institution, dans un hôpital psychiatrique. Ce travail interroge aussi la dimension tyrannique des liens intrafamiliaux et leur transmission d’une génération à l’autre. Cela montre comment des parents qui ont été victimes d’un aïeul tyrannique induisent avec leur enfant le même type de lien. Dans la sixième partie nous terminerons avec quelques aspects de la haine et de la violence que nous rencontrons dans la société. Christine Leprince traitera du thème de la haine qui perturbe les référents fondamentaux qui structurent l’individu dans sa relation à l’autre et au groupe. Son questionnement utilisera l’homosexualité comme modèle d’un lien narcissique étayé sur la figure du même. Christine Joubert nous présentera comment les fantasmes originaires doivent s’étayer sur une histoire humaine, spécifique et généalogique, pour circuler et être structurants à un niveau individuel. Nous verrons que lorsque l’histoire est déniée, la haine destructrice est à l’œuvre autour de représailles violentes. L’archaïque meurtrier, délié, peut se déposer, se destiner à un membre de la famille, peut-être le plus fragile ou sur une communauté, sur le plan social. Ces derniers restent en proie à des envies destructrices et à une jalousie féroce à l’égard de l’objet, dans une désintrication d’Eros et de Thanatos : ce qui paraît à l’œuvre actuellement au sein des liens sociaux. Claude Nachin nous instruira encore sur des violences sociétales : celles faites aux malades mentaux du fait des conditions de leur internement, mais aussi du fait des traitements, y compris les traitements psychanalytiques ! Enfin, nous verrons avec Gérard Decherf la confusion qui peut s’établir entre les lois familiales et les lois sociales. Des interactions peuvent se produirent entre les unes et les autres dans un sens positif ou dans un sens négatif, par une consolidation ou une destruction du fonctionnement psychique quand les défaillances familiales et sociales viennent à se conjuguer. Tout au long de cet ouvrage, rédigé par des thérapeutes psychanalytiques de la famille, les différentes approches approfondiront les processus haineux et tyranniques dans la famille et apporteront une richesse pour la réflexion sur les phénomènes de haine et de violence dans nos sociétés.